Hyperboreans Pagans

Le sens du sacrifice du taureau chez les Atlantes

Grilles de lectures : Contexte du rituel sacrificiel et Astrologie (nous aurions pu rajouter l’alchimique, mais ces deux grilles sont amplement suffisantes)

 

Sur l’île Atlantis, capitale du royaume d’Atlas, a lieu tous les 5 ou 6 ans en alternance (pour ne pas privilégier les nombres pairs ou impairs) une cérémonie au sein du temple de Poséidon, cette cérémonie est souvent appelée « culte du taureau », mais nous allons voir que cette dénomination est tout à fait erronée.

C’est dans le cadre de l’assemblée entre les dix rois des dix royaumes Atlantes que se déroule ce rituel. Cette assemblée a pour but de juger et de délibérer sur les actes commis par chacun des souverains. C’est donc une cour de justice, cette assemblée n’est pas sans nous rappeler le thing des Germains. Tout ceci devient encore plus clair lorsque l’on sait que c’est sur la colonne au centre du temple de Poséidon, la colonne d’Atlas, que sont gravées les lois. La colonne d’Atlas est réputée « soutenir le ciel », or l’on sait que chez les atlantes, tout comme chez les kelto-germains c’est la loi qui est à la base de toute société, la justice est la valeur principale. (la rune principale est d’ailleurs Tiwaz, la rune de la justice) Au pays des Hellènes, c’est Apollon l’Hyperboréen, qui apporta les premières lois. L’on comprend aisément que toute société repose sur un certain ordre qui émane lui-même de la justice.

La colonne d’atlas est celle sur laquelle sont inscrites les lois de l’Atlantide en face desquelles les rois doivent rendre des comptes. Atlas, le dieu personnifiant cette colonne, soutient le ciel autant qu’il porte le monde : c’est une allégorie pour nous préciser que c’est sur la loi et sur la justice que la société repose.

« Ils amenaient alors à la colonne le taureau qu’ils avaient pris, l’égorgeaient à son sommet et faisaient couler le sang sur l’inscription. Sur la colonne, outre les lois, un serment était gravé, qui proférait de terribles imprécations contre ceux qui désobéiraient. » Critias 120a-121a

La taille de la colonne d'Atlas ci-dessus est évidemment exagérée, elle se situait au milieu du temple, et c'est à son sommet qu'était hissé le taureau sacrifié.

C’est donc sur l’autel de la loi que l’on sacrifie ce Taureau, mais aussi pour sanctifier l’engagement des rois à la respecter et à rester loyaux les uns des autres.

Maintenant il convient de connaître la symbolique du Taureau en astrologie :

C’est le moi de Mai, la nature est en pleine expansion, en pleine vigueur, le taureau et le rune Uruz sont symboles de santé. Il est symbole de richesse, d’accroissement du capital. Mais il a aussi un côté négatif : c’est qu’il stimule l’envie et le désir d’avoir toujours plus. Le taureau peut-être facilement radin et égoïste. Or quelle est le plus gros danger qui guette un roi, lui qui a tout pouvoir et tout contrôle ? La cupidité et tous les abus qui existent, il connaît la pléthore et il risque fort de sombrer dans un excès menant à l’addiction, au narcissisme. Son avidité aiguisée par le pouvoir peut le mener à faire des guerres de conquêtes injustes, à le faire exploiter sa population pour son enrichissement personnel.

La symbolique du sacrifice du Taureau sur la colonne des lois est donc très forte pour chacun des rois, qui par cet acte, conscientisent leurs faiblesses humaines et se jurent de ne pas y succomber en les sacrifiant symboliquement au travers du taureau, le tout sur l’autel de la justice, que symbolise la colonne d’Atlas. Maîtriser le taureau qui est en soi, c’est se modérer, rester équilibré pour éviter d’être corrompu. Tuer un taureau au profit de la justice est donc plein de sens.

A noter également, que la coupe dans laquelle ils boivent, c’est du vin et non pas du sang de taureau, seul un caillot de sang -très symbolique- est glissé dans la coupe. Malheureusement nombres d’auteurs perçoivent ce sacrifice comme la base de la « religion païenne basée sur le sang », il faut bien dire que ces auteurs sont influencés par les prêtres judéo-chrétiens et musulmans, tout à fait intolérants à tout autre forme de spiritualité que la leur. On sait que l’église, après avoir détruit tous les autels « païens » qui étaient des réminiscences de l’Atlantide :

« Voici, au contraire, comment vous agirez envers eux: vous démolirez leurs autels, vous briserez leurs statues, vous abattrez leurs colonnes sacrés et vous livrerez aux flammes leurs sculptures sacrées. » Deutéronome 7.5 (ancien testament)

L’église s’est appliquée à écrire l’histoire et la « religion » de ceux qu’elle a anéanti afin de les diaboliser ou au moins de sous évaluer leur civilisation et leurs pratiques. D’ailleurs les Atlantes n’avaient pas de religion, c’est un mot Latin qui n’a pas d’équivalent en Gaulois ou en Germain, car leur approche spirituelle n’a rien à voir avec la religion Abrahamique, les Atlantes et leurs héritiers possédaient la Tradition primordiale, bien supérieure à la religion, puisqu’elle inclut la philosophie sans pour autant exclure dieu.

Maintenant qu’un vent d’enthousiasme gagne la population quant à un retour à la Tradition des anciens, il est évident que ces ingénieurs sociaux issus des religions judéo-romaines créeraient de tout pièce « une religion païenne » qui ne ferait que singer la vraie, comme ils l’ont très souvent fait dans l’histoire. Tandis que la religion permet un contrôle presque total de la population, la Tradition libère les peuples : personne n’est au dessus des lois, les rois eux-mêmes se jugeaient et pouvaient être mis à mort au cours de cette cérémonie rituelle dite du taureau ! Cela n’est évidement pas imaginable pour les élites modernes et les rois catholiques, qui n’avaient de compte à rendre à personne et dont la population était, et est toujours, considérée comme du bétail.

En plus de ce rituel le texte de Critias décrit la société Atlante : elle semble bien trop égalitaire et méritocratique pour nos élites !

On comprend mieux pourquoi tant de complications autour du thème de l’Atlantide, ça dérange décidément beaucoup plus que l’on ne le croît !

Voici l’extrait complet du critias : http://ugo.bratelli.free.fr/Platon/Platon-Critias.htm

Articles connexes : https://www.pagans.eu/lauthentique-paien-europeen-attention-aux-contre-facons/

https://www.pagans.eu/du-blot-ou-sacrifice-de-tyr/

Oleg de Normandie

PS : La vache et les animaux à cornes étaient très respectés par les Atlantes, les cornes sur les casques sont des symboles royaux d’autorité, le mot “corne” est très proche de “couronne” (en Allemand krone = couronne). Le taureau est un animal dominant, tout comme l’ours, ils sont des symboles royaux.

1 Comment
  1. En allemand, couronne = Krone en intervertissant le o et le r on a korne!

Leave a Reply

BLOG POSTS

Connection form