Pagans Hyperboréens

Mythe Hyperboréen authentique #2 : La chevauchée du Seidr :

Beaucoup de mythes originaux, et notamment les mythes fondateurs en rapport avec l’origine polaire, n’ont pas été répercuté dans l’edda poétique ou dans la mythologie Celtique pour cause de christianisation, synonyme d’effacement des racines et de l’identité tribale. Voici un mythe rescapé de cette effacement, qui a été préservé grâce à la transmission discrète et orale de grand-père à petit fils, de grand-mère à petite fille au travers des siècles :

 

Les fils de bor suivent le rêve

Il parcourt un tunnel de glace.

L’ours guide empreinte brève,

Dans le monstre froid immense place.

 

Tyr suit le guide dans les entrailles.

Il marche à la lueur du flambeau.

Guerrier merveilleux sans peur ni faille.

Glorieux ancêtre antique héro.

 

Jökull le géant mange les terres de Jord.

Tyr marche dans les veines bleues.

Il est l’éclaireur d’une horde.

Il marche pour protéger la terre de ses aïeux

 

Il cherche ce qui ralentirait le géant.

En plein milieu du glacier un trou béant.

Laisse place à une cité glacée sans bruit.

L’antique ville a sombré dans l’oubli.

 

Il peut voir le ciel bleu au dessus.

Il voit les murs que la glace a vaincu !

Le froid fait tomber les guerriers.

Seul les ours ne sont pas tombés.

 

Dans le ciel un vacarme approche

Des loups des corbeaux des nuages.

Un ciel gris orangé inonde le paysage.

Tyr et sa horde sont sur le porche.

 

Il voit les cavaliers lanciers

Chevaucher le vent des tempêtes.

Les puissances ont éclaté

L’orage chante une fête.

Les lances incandessentes

Bleutées  innombrables  éblouissantes.

 

Le Seiör, la magie bouillonnante du ciel

Lève le voile, la pluie d’éclairs aveugle.

Le bruit les cris mille beugle.

Etrange magie de grandeur universel.

 

Les yeux de Tyr s’ouvrent sur une cité vivante.

Le glacier n’est plus et il a laissé place

A des fleurs et de l’herbe grasse.

Le mur rabat l’écho des gens qui chantent.

 

Partout la bannière du sanglier est arborée.

Les gens sont joyeux et il fait chaud.

Tyr et les ours partagent leur plateau.

Les sangliers vont alors tout partager.

 

 

Le temps des chants tard dans la nuit,

Bercent et endorment leur esprit !

Au réveil la cité magique sera partie.

Tyr et les ours se rappellerons toute leur vie,

De la magnifique cité ou ils ont bu et ri.

 

La chaleur de leur cœur a fondu la glace.

Les fils de Bor fondront alors la mythique

Cité Borgiss sur les ruines de la mystique

Ville que le Seiör parfois montre et efface.

 

Extrait de la tradition orale Hyperboréenne

 

 

 

1 commentaire

Laisser un commentaire

BLOG POSTS

Formulaire de connexion