les libres païens

Les racines guerrières et européennes de la méditation

 

La méditation était pratiquée par tous les anciens peuples de la terre, elle disparue d’Europe sous la dictature du clergé Catholique, elle subsista en Asie, c’est pourquoi c’est au travers du bouddhisme qu’a subsisté la pratique de cet art qui, au départ, était strictement guerrier. La contemplation du souffle est la meilleure technique d’élévation et de renforcement spirituel d’après le Bouddha. Issu d’une famille de la caste guerrière des Kshatriyas, le Bouddha est un Ariya, c’est à dire un être éveillé, un guerrier ayant atteint les plus hauts niveaux spirituels et physiques. 

Une discipline Ariya

« Il est opportun de souligner l’aryanité de la doctrine bouddhique pour diverses raisons : en premier lieu, pour devancer ceux qui, contre elle, voudraient avancer la question préjudicielle de l’exotisme et de l’asiatisme, et qui parleraient de son caractère extrinsèque à l’égard de « nos » traditions et de « nos » races. Or donc, il convient de remémorer que l’unité primordiale de sang et d’esprit des races blanches qui créèrent -les civilisations iranique et hindoue, non moins que les civilisations hellénique, romaine antique et germanique- est une réalité. Le bouddhisme a le droit de se dire aryen, parce-qu’il reflète à un haut degrés l’esprit des communes origines, parce-qu’il a conservé des parts notables d’un héritage que les occidentaux, ainsi que nous l’avons déjà dit, ont peu à peu oublié, soit par l’action de processus involutifs endogènes, soit parce que -bien plus que les Aryens d’Orient- ils furent assujettis, souvent dans le domaine religieux, à des influences étrangères. »

Julius Evola, dans son ouvrage « la doctrine de l’éveil »

Soulignons que le terme Aryen désigne avant tout une culture, une tradition, mais aussi un degré initiatique. Il ne s’agit pas comme le disaient les idéologues Nazi d’une souche génétique –Il y eu des Aryens noirs– même s’il est vrai que les premiers Aryens furent des Celtes, c’est à dire des blancs européens. Ces Celtes héritiers des Hyperboréens partirent du Dogger-land pour s’installer en Inde, c’est à partir de cet événement que l’on les nomma « Aryens », ils sont donc dans la continuité des Hyperboréens dont ils perpétuent la tradition. 

Les véritables racines de la méditation sont éminemment viriles et Européennes, ce travail spirituel permet à l’être de s’élever énergétiquement, d’hausser son taux vibratoire, de renforcer sa connexion à Fylgja. La méditation des origines était perçue comme un véritable combat à livrer à son ego, à ses désirs, ses émotions. Combat relatif contre soi-même dont le but n’est pas de détruire les sentiments et les émotions naturelles de l’homme, mais de les dompter totalement. Pour le guerrier victorieux qui saura se séparer de l’illusion du moi, il est promis l’ouverture du troisième oeuil : la glande pinéale.

L’ascèse

Ce parcours vers l’éveil se nomme l’ascèse, c’est le but de la véritable religion primordiale, c’est un travail sur soi qui a été totalement oublié car combattu à mort par les religions Abrahamiques, dont l’optique on le sait, était l’asservissement de l’humanité.

Tout combat est dangereux

Avant de clore cette article je me dois de vous mettre en garde contre un excès auquel toute volonté de pouvoir mène irrémédiablement. Méditer pour devenir supérieur aux autres, c’est signer un pacte avec les forces obscures (descendantes), c’est sans le savoir rejoindre la cabale qui nous domine, c’est risquer de perdre son âme. Tout travail spirituel doit être patient, honnête et guidé par une intention altruiste. Je met également en garde contre toutes les organisations initiatiques qui promettent des réalisation spirituelles et dont le but est en réalité d’assujettir et de pratiquer l’extorsion de fonds. La médiation doit être pleine de compassion et d’amour afin d’orienter son taux vibratoire vers le haut, les ressentiments et haines doivent être chassées. Autant vous dire qu’il est, de nos jours presque impossible d’ouvrir son troisième oeil aux perceptions éthériques supérieures, et qu’il ne faut pas s’adonner à ce travail méditatif dans ce but, mais plutôt dans le but de purifier son mental, de mettre son corps et son esprit  en harmonie avec ses intentions profondes, avec sa « conscience supérieure » afin de rayonner d’énergies positives et créatrices. Ce dernier but est en revanche largement atteignable, tout comme le renforcement de la connexion à Fylgja, que l’on peut aussi nommer intuition, âme double, qui nous permet de recevoir des informations clairvoyantes. 

La seule façon viable et sécurisée de pratiquer cet art, ce renforcement mental, cet exercice spirituel, c’est de méditer, de contempler son souffle avec beaucoup de compassion envers soi-même et le monde. Il faut se séparer des émotions négatives, et tempérer les positives. Ce travail doit s’effectuer sans béquille, de façon solitaire et téméraire tel un Drengr Viking menant son embarcation vers une terre inconnue mais espérée, ce qui compte ce n’est pas la la destination -trop incertaine- mais le voyage. 

« Connais-toi toi-même et tu connaîtras l’univers et les dieux »     Socrate

 

Oleg de Normandie

Shiva, divinité Hindoue.

Laisser un commentaire

BLOG POSTS

Formulaire de connexion